La qualité de l'air,

pourquoi s'en préoccuper ?

Nous attachons de plus en plus d'importance à ce que nous mangeons ou encore à ce que nous mettons sur notre peau en orientant nos achats et nos modes de consommation en faveur de  notre santé et de l'environnement. 

 

Et l'air que nous respirons, y pensons-nous suffisamment ? L'air, invisible, a cette particularité qu'il est un bien commun dont la qualité nous concerne tous, sur lequel nous avons  la possibilité d'agir à notre niveau pour le bien-être et la santé tous.

Aujourd'hui la qualité de l'air, tant extérieur qu'intérieur, est un enjeu, à la fois environnemental et de santé publique. S'en préoccuper et agir, au regard des faits et informations dont nous disposons à l'heure actuelle apparait comme un défi qu'il est possible de relever collectivement.

Le temps passé en intérieur

Looking%2520out%2520the%2520Window_edited_edited.jpg

Nous passons près de 80 % de notre temps dans des espaces clos, qu’ils soient privés (appartements, maisons, travail…) ou publics  (écoles, administrations, lieux de loisirs…) ou liés à nos déplacements (transports en commun, voiture, ...)

Ce que dit la réglementation

Sketch Flèche

La surveillance de la qualité de l'air intérieur est une obligation réglementaire

(Loi portant engagement national pour l'environnement - dite Loi Grenelle II)

  • Depuis 2018 dans les établissements collectifs d'enfants de moins de 6 ans, les écoles maternelles et élémentaires.

  • Depuis 2020 dans les centres de loisirs, les établissements d'enseignements ou de formation professionnelle du second degré (collèges, lycées...). A partir de 2023 dans les structures et  établissements sociaux et médico-sociaux, les établissements pénitentiaires pour mineurs, les piscines notamment.

Concrètement, cette surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du jeune public repose sur plusieurs axes : une évaluation des moyens d'aération et au choix, la mise en œuvre d’un plan d’actions de prévention, réalisé à partir d’un bilan des pratiques, ou une campagne de mesure effectuée par un organisme accrédité.

Comment surveiller simplement la qualité de l’air intérieur ?

Le dioxyde de carbone (CO2), naturellement présent dans l’atmosphère, est une molécule produite par l’organisme humain au cours de la respiration. Sa concentration dans l’air intérieur dépend à la fois de l’occupation humaine et du niveau de renouvellement d’air.

Sketch%20Arrow_edited.png

Le taux de CO2 est un bon indicateur du niveau de confinement de l’air. C’est pourquoi la concentration en CO2 dans l’air intérieur est l'un des critères qui fondent la réglementation en matière d'aération des locaux.

Ce taux de CO2 est ainsi considéré comme une « valeur contrôle » de la qualité de l'air intérieur. Il est le témoin du confinement de l'air, qui s'il est élevé, entraîne l'augmentation de concentration de la plupart des polluants de l'air intérieur.

Par ailleurs, une concentration élevée en CO2 suscite de l’inconfort pour les occupants (maux de tête, diminution de la performance cognitive et physique, somnolence, irritation de la gorge et des yeux) et peut s’avérer néfaste pour la santé en favorisant l'apparition d'asthme, de rhinites, bronchites, allergies notamment.

 

Au contraire, un taux de CO2 faible a un effet positif démontré sur la diminution du taux d’absentéisme, le bien-être des occupants et l’apprentissage des enfants.  En 2007, Wargocki et Wyon démontrent qu’un doublement de la ventilation dans les salles de classe augmente les performances des enfants de 15 %, soit l’équivalent d'une année d’enseignement*. Une étude européenne menée auprès de 800 enfants répartis dans huit écoles démontre également que le niveau de concentration des enfants diminue  lorsque les niveaux de CO2 augmentent**.

Se conformer à la réglementation

En surveillant la qualité de l'air intérieur dans les établissements recevant du jeune public

Se saisir d'un enjeu environnemental et de santé publique

 

En améliorant la qualité de l'air intérieur dans les établissements recevant du jeune public afin de réduire l'exposition des enfants à ce risque de pollution

scouting
Enfants dans le jardin

Mesurer le taux de CO2,

c'est donc à la fois 

(Wargocki and Wyon - 2007, The effects of moderately raised classroom temperatures and classroom ventilation rate on the performance of schoolwork by children, HVAC&R Research, 193-220.).

**(Myhrvold, A.N., E.Olsen, and O. Lauridsen 1996. Indoor Environment in Schools—Pupils’ Health and Performance in regard to CO2 Concentrations. In Indoor Air ’96. The Seventh International Conference on Indoor Air Quality and Climate. Vol 4, pp. 369–371)